Candidat à sa réélection, Bernard Giudicelli défend ses propositions et répond sur l'affaire de son vrai-faux diplôme révélée par Mediapart.

La campagne pour la présidence de la Fédération française de tennis (FFT) aurait dû s'achever samedi 12 décembre avec l'élection de son président. Un reconfinement étant passé par là , l'élection est décalée au 13 février. La campagne sous haute tension entre l'actuel président, Bernard Giudicelli, et son challenger Gilles Moretton, se poursuit. Les procédures se succèdent entre les deux hommes alors que le challenger a déjà remporté il y a quelques années un procès en diffamation contre Bernard Giudicelli. L'homme fort du tennis français nous reçoit à Boulogne, à son domicile proche de Roland-Garros, afin d'évoquer la campagne, son bilan contesté ainsi que "les boules puantes" de campagne.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte