EDITO - La Commission européenne veut réguler une technologie cruciale pour l’économie de demain: l’intelligence artificielle (IA). Un vrai défi.

Non, ce n’est plus à la courbure des concombres que Bruxelles s’intéresse. Aujourd’hui, la Commission européenne veut réguler une technologie cruciale pour l’économie de demain: l’intelligence artificielle (IA) . Si trop de suspicion s’amoncelle autour de cette avancée majeure du numérique – dont peuvent être brocardées complexité, imprévisibilité, opacité, données biaisées...–, tout développement pourrait se bloquer. Il s’agit d’établir la confiance, et vite, avec des règles claires. Un vrai défi pour les régulateurs, qui risquent de naviguer de Charybde en Scylla. Ici, des opérateurs qui ont déjà rechigné devant le Règlement général sur la protection des données. Là, des groupes de pression qui crient haro sur l’IA, redoutant des dérives extrêmes, par exemple dans le domaine militaire.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte