Le Ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé se réserver le droit de poursuivre la Russie dans l'utilisation du nom champagne.

Emoi dans le champagne! Maintes fois usurpée, par d'obscurs producteurs de vins mousseux, l'appellation du vin prestigieux trouve sur la longue route de sa préservation un obstacle de taille, une loi signée du président russe Vladimir Poutine lui-même, un litige qui pourrait se régler devant l'OMC, a prévenu Paris. Cette nouvelle loi, signée vendredi, oblige les distributeurs de marques de champagne à inscrire sur la contre-étiquette, placée au dos de la bouteille, la mention "vin pétillant", réservant la traduction de champagne en russe - "Champanskoïe" selon la translittération française - aux producteurs russes de vins pétillants. Une décision qui a "scandalisé" les producteurs de champagne, lesquels ont interpellé lundi les diplomaties française et européenne pour intervenir dans ce dossier. "Si d'aventure il y a des violations avérées des règles de l'Organisation mondiale du commerce, et bien nous poursuivrons, comme nous avions envisagé de le faire antérieurement à l'égard de la Russie. J'espère que le dialogue permettra de régler cette difficulté", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, interpellé mardi sur ce sujet à l'Assemblée nationale. "Priver les Champenois du droit d'utiliser le nom "champagne" (en cyrillique) est scandaleux; c'est notre patrimoine commun et la prunelle de nos yeux", ont dénoncé dans une déclaration commune Maxime Toubart et Jean-Marie Barillère, coprésidents du Comité champagne.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte