Un poste de Premier ministre toujours vacant, des arrestations de députés critiques envers le président: une semaine après la prise de pouvoir de Kais Saied en Tunisie, la crainte d'une dérive autoritaire a poussé certains observateurs à exprimer dimanche leur inquiétude.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte