Jusqu’à quel point le tourisme spatial pollue ?

"Qui aimerait aller d’une ville à l’autre en moins de 20 minutes? Qui aimerait aller sur la Lune? Qui aimerait passer ses prochaines vacances dans un hôtel dans l’espace? ”interroge Nancy Vermeulen, pilote instructrice, lors du Congrès international de tourisme spatial et subaquatique, un événement qui a réuni cette semaine à l’école des Roches, les principales agences spatiales et internationales. Pendant trois jours, du mercredi 22 au vendredi 24 septembre, une dizaine d'astronautes et de scientifiques ont présenté les défis auxquels sera confronté le tourisme spatial dans les dix prochaines années, devant plusieurs centaines de personnes, journalistes ou passionnés d'espace .

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte