EDITO - Les candidats à la primaire écologiste sont d'accord sur un point: la sortie du nucléaire. Comment expliquer un consensus aussi immuable?

Mon ami Bernard Feillet, admirable prêtre catholique, me dit un jour: "Tu comprends, le pape, il ne peut pas se réveiller un beau matin et annoncer au monde: “Désolé, j’ai perdu la foi”." Les institutions sont prisonnières de leur passé, de leur histoire, de leurs partis pris. L’Eglise a mis deux siècles pour reconnaître que Galilée avait raison s’agissant du mouvement de la Terre, plus de trois siècles pour lui présenter des excuses à la fois publiques et posthumes. Quant à douter de l’existence de Dieu...

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte