La libéralisation du secteur de l'apprentissage a fait décoller les contrats. Des groupes privés d'enseignement comme Eduservices, IGS ou Galileo en profitent

C’est un gâteau qui ne cesse de grossir. Entre 2018 et 2020, le nombre d’apprentis, ces étudiants rémunérés par l’entreprise où ils travaillent en alternance, est passé de 321.000 à 526.000. Et la perspective d’atteindre 700.000 contrats par an n’est pas irréaliste. Cet essor s’explique par la prime, de 8.000 euros pour un majeur jusqu’à 30 ans et 5.000 euros pour un mineur, versée à l’employeur dans le cadre du programme "Un jeune Une solution" . Elle a été reconduite jusqu’à juin 2022. Mais c’est surtout la loi de septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel qui a fait sauter les verrous.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte