À l’aide de l’informatique, un chercheur est parvenu à élucider la technique de la perspective du peintre flamand Van Eyck, alors qu’elle était jusqu’ici considérée comme l’apanage des artistes italiens de la Renaissance.

L’histoire des lignes n’a rien de linéaire, l’importance dans l’art des proportions et de la profondeur a fortement fluctué selon les siècles et les cultures. À la Renaissance, la précision géométrique de la perspective s’est imposée comme un élément essentiel des tableaux et des fresques, mais aussi en architecture ou pour la sculpture. La question a été en particulier traitée par l’historien de l’art Erwin Panofsky, figure tutélaire de la discipline, dans son essai de 1927 La perspective comme forme symbolique .

Des artistes mathématiciens ?

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte