Le Comité des constructeurs automobiles espérait un rebond des ventes de voitures neuves en 2021. Mais celui-ci est notamment freiné par la pénurie de semi-conducteurs.

Il n'y a pas que les fabricants de smartphones qui souffrent de la pénurie de semi-conducteurs. L'automobile en paye aussi les pots cassés. Le secteur espérait un rebond des ventes en 2021, après un exercice 2020 miné par la crise sanitaire. Mais celui-ci sera moindre qu'anticipé. Le Comité des constructeurs automobiles (CCFA-PFA) tablait sur un rebond de 9% à 10% en 2021, sachant que les immatriculations de voitures neuves étaient tombées à 1,65 millions en 2020, contre 2,21 millions en 2019. Reste qu'aujourd'hui, « nous pensons qu'il risque d'être difficile d'atteindre les 1,8 million de ventes cette année » , souligne un porte-parole du CCFA-PFA, ce dimanche, à l'agence Reuters .

Et pour cause : selon les derniers chiffres publiés, les immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 35,35% en rythme annuel en juillet. La pénurie de semi-conducteurs pèse, en particulier, sur les livraisons. Renault a prévenu vendredi que la crise des composants électroniques devrait lui faire perdre la production de 200.000 voitures dans le monde cette année, soit deux fois plus que prévu initialement.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte