Créé en 1955, le label de qualité des hébergements chez l’habitant Gîtes de France pourrait bien connaître depuis la pandémie une seconde jeunesse. Pour le second été consécutif, ses hébergements particulièrement bien représentés en Auvergne Rhône-Alpes, ont à nouveau connu une forte progression. Avec, dans leur main, des atouts indéniables en temps de crise sanitaire, sur lesquels ils comptent bien s'appuyer pour reprendre du terrain, face à la concurrence des plateformes en ligne.

L'été 2020 avait déjà été, contre toute attente, exceptionnel pour le réseau Gîtes de France. Et cette nouvelle saison estivale 2021, placée sous le signe du tourisme « local » au sein de l'Hexagone, semble l'être tout autant. C'est également le cas en région Auvergne Rhône-Alpes, qui se pose elle-même comme l'une des principaux « hubs » du réseau d'hébergements chez l'habitant à l'échelle nationale, avec près de 7.500 hébergements référencés à l'échelle de ses 12 départements, dont 90% se situent en dehors des grandes villes, à la campagne ou la montagne.

Et depuis le mois de juin, les hébergements Gîtes de France situés en AURA ont connu des progressions exceptionnelles, en comparaison des années précédentes. Avec notamment des taux d'occupations qui ont atteint, à l'échelle régionale, 47 % en juin, 79 % juillet, jusqu'à 84 % en août, tandis que le mois de septembre affichait déjà, à date, 30% de taux d'occupation.

« Ces chiffres sont records car ils constituent, par rapport à ce que l'on connaissait, avant cette crise, une progression de +7 points en juin, de +16 points en juillet, +10 points en août, ou encore de +6 points en septembre, par rapport aux mêmes mois de l'année 2019 », affiche la présidente du réseau national de Gîtes de France, Solange Escure.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte