Quand Apple et Google cèdent à la pression politique, c'est tout l'internet mobile qui bascule aux mains des régimes autoritaires : c'est le constat amer que faisaient vendredi des défenseurs des droits humains après un recul majeur des géants technologiques, obligés par Moscou de retirer une application de l'opposition.

Les deux groupes californiens ont supprimé de leurs plateformes de téléchargement une application mobile conçue par le mouvement de l'opposant emprisonné Alexeï Navalny pour informer les électeurs sur les candidats de l'opposition au président Vladimir Poutine.

Le fabricant de l'iPhone a fini par céder au "harcèlement et aux menaces d'arrestation" contre des employés locaux, d'après une source proche du dossier. Google a aussi abdiqué, "sous une contrainte sans précédent", d'après une autre source.

Seuls les utilisateurs qui l'avaient déjà téléchargée pouvaient continuer à s'en servir, mais sans mise à jour.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte