Le retrait américain, loin de provoquer le chaos, semble au contraire apaiser les tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran

Cette semaine, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, dit MBS, a déclaré que l’Arabie saoudite cherchait à “avoir de bonnes relations avec l’Iran”, en travaillant notamment avec ses partenaires dans la région “pour surmonter [leurs] différences avec l’Iran”. Selon lui, “l’Iran est un pays voisin. [L’Arabie saoudite veut] des relations bonnes et spéciales avec l’Iran. [L’Arabie saoudite ne veut pas] que la situation de l’Iran soit difficile. Au contraire, [l’Arabie saoudite veut] que l’Iran soit prospère”. Malgré la rapidité de l’évolution des relations géopolitiques contemporaines, le basculement d’un discours belliqueux à un discours de pacification du voisinage a de quoi étonner.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte