Y a-t-il un point commun entre la lettre des généraux appelant à une intervention de l’armée pour mettre fin au délitement du pays et le bicentenaire de la mort de Napoléon que l’on commémore ce mercredi ? Oui, comme nous l’explique notre journaliste Jean-Dominique Merchet

La réponse est oui ! Il y a quelque chose de commun entre ces deux actualités.

Il est toujours intéressant de s’intéresser à nos propres mythologies. Or, depuis la Révolution, depuis 1789, à chaque fois que le pays connaît des troubles, connaît des périodes de doute, connaît des tragédies, surgit la figure d’un général comme homme providentiel, qui pourrait être le sauveur du pays.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte