En dépit du retrait d’un projet gouvernemental d’augmenter les impôts, la contestation sociale ne désarme pas alors que la pauvreté touche plus de 40 % de la population du pays

Une pandémie qui a provoqué, à ce jour, la mort de 78 000 personnes... Une crise économique qui s’est traduite par une chute de 6,8 % du produit intérieur brut (PIB) et une hausse du taux de chômage à 16,8 %, un plus haut jamais vu depuis 2004... Un marasme social avec l’explosion de la pauvreté qui touche 42,5 % de la population, soit 21 millions de personnes, dont plus de sept millions en situation d’extrême pauvreté...

Déjà critiqué tout au long de la pandémie pour sa gestion sanitaire — depuis l’apparition du virus en Colombie jusqu’à sa campagne de vaccination (seuls 8 % des adultes ont reçu une dose) —, le gouvernement libéral du président Ivan Duque a provoqué une véritable déflagration en annonçant mi-avril une réforme fiscale. Présenté sous le vocable de « loi de solidarité durable », le texte prévoyait d’augmenter les impôts des particuliers et des entreprises pour récolter environ six milliards de dollars, soit l’équivalent de 2 % du produit intérieur brut (PIB).

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte