Jets de pierres, gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc... Après un week-end de violences, de nouveaux affrontements ont opposé lundi 10 mai fidèles palestiniens et policiers israéliens sur l’esplanade des Mosquées. La communauté internationale est préoccupée

Les affrontements ont cessé lundi après-midi, mais la situation reste très tendue à Jérusalem. Ce matin sur l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, des Palestiniens ont jeté des pierres sur des policiers israéliens qui ont répliqué avec des tirs de grenades incapacitantes et des balles en caoutchouc. De nouveaux heurts qui surviennent alors qu’Israël célèbre l’anniversaire de la prise de la partie orientale de Jérusalem en 1967.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, plus de 300 Palestiniens ont été blessés dans les violences, et plus de 200 d’entre eux ont été évacués dans des hôpitaux, certains dans un état critique. La police a quant à elle fait état de douze blessés dans ses rangs.

Dans le but d’apaiser les tensions, la police israélienne a interdit aux groupes juifs de se rendre, à l’occasion de la Journée de Jérusalem, sur l’esplanade des Mosquées. Cette dernière abrite la mosquée Al Aqsa, que les Israéliens appellent Mont du Temple, car ils le considèrent comme le site des temples juifs bibliques.

Face à l’escalade, une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU est prévue plus tard dans la journée sur la situation à Jérusalem-Est. Tandis que les appels internationaux au calme se multiplient, le Premier ministre israélien Benjamin a salué la « fermeté » des forces de l’ordre pour garantir la « stabilité » à Jérusalem. « Nous les soutenons dans cette juste lutte. »

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte