Le cabinet EY estime que 7 600 postes dans les services financiers avaient quitté Londres fin mars. C’est pour l’instant Paris qui se révèle la place la plus attractive, avec 2 800 emplois gagnés. Selon les banquiers, une part importante des départs reste à venir

Petit à petit, les départs se suivent, sans être le grand exode redouté . De grandes banques d’investissement continuent de transférer une partie de leurs équipes de Londres vers d’autres places financières dans l’Union européenne. L’absence de progrès dans les discussions sur les services financiers entre Londres et l’Union européenne a favorisé ce mouvement, tout comme les choix de vie et le télétravail, favorisé par les restrictions sanitaires.

Ainsi, les effectifs parisiens de Morgan Stanley doivent passer de 150 à 200 personnes d’ici la fin de cette année et doubler d’ici 2024 en conjuguant réaffectations et recrutements locaux, a précisé Emmanuel Goldstein, directeur général de l’entreprise en France.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte