« Parmi les jeunes politisés, la mouvance qui a tendance à monter est celle des antifa qui sont les héritiers des anciens gauchos ​», observe Michaël Béchir Ayari, analyste à l’International Crisis Group

Dans le rapport Jihadisme en Tunisie : éviter la recrudescence des violences , l’International Crisis Group observe un déclin de la violence jihadiste et appelle les autorités à opérer des réformes dans le domaine de la justice et de la sécurité. Analyste senior de l’organisation, Michaël Béchir Ayari commente les résultats de cette étude.

L’engagement jihadiste perd de son attrait en Tunisie. Pourquoi ?

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte