« Doha devient le centre de la diplomatie mondiale à la lumière des derniers évènements en Afghanistan avec la prise de pouvoir des talibans ​»

L’ambassade américaine basée à Kaboul a suspendu ses opérations le 31 août alors que les derniers personnels étaient évacués par avion . Ces derniers seront redéployés à Doha qui servira de représentation diplomatique pour gérer les affaires consulaires, humanitaires et le dialogue politique avec les talibans sous la houlette de Ian McCary, qui était le chef de mission adjoint en Afghanistan l’année dernière.

« Le Qatar devient le centre de la diplomatie mondiale à la lumière des derniers évènements afghans », s’amuse un proche du ministre des Affaires étrangères qatari. L’émirat gazier a en effert offert le gîte et le couvert pour les discussions américano-talibanes. Le mollah Abdul Ghani Baradar, cofondateur des talibans, y a mené les négociations avec les équipes de Trump qui ont abouti à l’accord de 2020 prévoyant le retrait américain et l’ouverture d’un dialogue interafghan. Puis, ces derniers mois, c’est de Doha qu’il s’est exprimé sur les réseaux sociaux et sur al-Jazeera, la chaîne qatarie, tout en poursuivant les discussions avec la nouvelle administration Biden.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte