Les colonels qui dirigent le pays ont lancé une opération anticorruption avec l’appui des leaders religieux et d’activistes de gauche

« Je demande à mes fidèles Hamalistes (*) de se mobiliser comme un seul homme autour de ces militaires pour qu’ils obtiennent une prorogation de la durée de la transition de 18 à 36 mois afin de stabiliser le pays avant les futures échéances », a lancé récemment le chérif de Nioro, dit Bouyé, à la fin d’une marche qui s’est terminée dans sa zaouïa. Le très influent leader religieux du Mali a aussi imploré l’ensemble de ses compatriotes d’accompagner les nouvelles autorités qui, selon lui, « inspirent la confiance ».

Du pain bénit pour le colonel Goïta , président de la transition, et ses camarades de l’armée qui ont perpétré le coup d’Etat de 2020. « Il y avait des membres de l’armée qui participait à cette marche, explique un diplomate à Bamako. Le chérif de Nioro a passé un deal avec la junte. En échange de son soutien politique, il a obtenu le maintien des avantages fiscaux accordés par les pouvoirs successifs afin d’opérer ses business. »

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte