Les experts psychiatres et psychologues reçoivent un coup de pouce financier pour leurs prestations

C’est le lot des cours d’assises, pour le pire comme le meilleur : les expertises « psys », censées éclairer les jurés sur la personnalité de l’accusé et sur sa responsabilité au moment du passage à l’acte. Les sachants doivent souvent patienter des heures avant leur déposition à la barre. Ils sont parfois limpides, jargonnants souvent. Quelle que soit sa qualité, la prestation est payée 43,65 euros...

Eric Dupond-Moretti , qui, comme avocat, a pratiqué les psys, annonce ce lundi à Montpellier une revalorisation générale. « L’indemnité de comparution » passe à 100 euros. Les expertises elles-mêmes seront mieux payées : 507 euros (+ 18 %) pour les psychiatres, 390 euros (+ 5 %) pour les psychologues. Il s’agit d’un rattrapage pour les experts libéraux, désavantagés par rapport à leurs confrères « collaborateurs occasionnels du service public ». « C’est modeste, mais c’est une vraie avancée pour un dossier qui traînait depuis des années », juge le docteur Roland Coutanceau, qui, pour le Syndicat national des experts psychiatres et psychologues, a discuté avec le ministère de la Justice.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte