Hugues Moutouh veut sanctionner plus systématiquement toutes les manifestations de séparatisme islamiste

Auparavant préfet dans la Drôme, Hugues Moutouh a pris ses fonctions en juillet dernier dans l’Hérault. Entre 2007 et 2012, il a occupé plusieurs postes dans des cabinets ministériels et a été conseiller à l’Elysée.

« Plusieurs jeunes femmes ont été récemment aperçues dans le centre-ville de Montpellier, porteuses d’un voile intégral leur couvrant le visage, à l’exception des yeux » : votre communiqué n’est pas plus précis. Quelle est l’ampleur du phénomène ?

Premier point, pour être clair, le département de l’Hérault est très concerné par les phénomènes de radicalisation et de séparatisme islamiste . Je vois cette « mode » vestimentaire se développer parmi de très jeunes femmes, voire des mineures. Le hijab a tendance à être supplanté par des tenues austères, de grands voiles de tradition saoudienne, marques d’une pratique ultra-rigoriste de la religion. Et parfois même par des niqabs couvrant la totalité du corps et ne laissant apparaître que les yeux. C’est vrai dans plusieurs quartiers de Montpellier, mais aussi de Béziers ou Lunel. A cette pratique s’est ajouté récemment le port du masque sanitaire de même couleur sombre permettant de jouer sur l’ambiguïté. Masque qui, je l’indique, n’est plus obligatoire à l’extérieur depuis plusieurs semaines... Mon communiqué a donc d’abord pour but de rappeler la loi, en l’occurrence celle du 11 octobre 2010, qui interdit la dissimulation du visage dans l’espace public.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte