« Le parti de droite vient de franchir une ligne politique qui rend inaudible sa parole politique sur l’Europe et le met en rupture avec toute l’histoire du centre et du centre droit »

Les trois candidats à la candidature présidentielle des Républicains — Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Michel Barnier — ont donc maintenant rejoint une vieille revendication du Front national : mettre fin à la supériorité du droit européen sur le droit national. Cette position est aussi celle de l’extrême droite allemande, du parti ultra-conservateur au pouvoir en Pologne ou celle des Brexiters les plus durs. Bref, c’est une position identitaire de tous ceux qui combattent l’Union européenne. Il est donc essentiel de souligner que le parti de droite vient de franchir une ligne politique qui rend inaudible sa parole politique sur l’Europe et le met en rupture avec toute l’histoire du centre et du centre droit, pro-européen, y compris sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Pourquoi est-ce si important ? Parce que l’Union européenne est avant tout une construction juridique. Aucune armée européenne n’impose à qui que soit de rester dans l’Union. Et si un Etat veut en sortir, il le peut comme le Brexit l’a récemment démontré. Or, lorsque des Etats mettent en commun des compétences, valident ces accords dans des traités européens, et définissent ensemble des politiques dans des lois européennes, ils s’attendent à ce que les autres Etats soient liés par ces accords. Sinon... et bien sinon aucune action n’est possible. Impossible d’imposer le respect des libertés fondamentales en Pologne, impossible de dépasser , etc.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte