Au Muséum de Toulouse, l’exposition "Magies Sorcelleries" explore les liens complexes entre la science, la religion, le folklore ou les rites sacrés. Galilée et Copernic y côtoient l'illusioniste Robert-Houdin ou les chamanes du Venezuela.

Un couloir en sous-sol. On passe sous de lourdes tentures rouges, dans un décor forestier plongé dans la pénombre. Et soudain, babines retroussées, regard menaçant, un loup. Empaillé, le loup. Ce cadre un tantinet occulte, sert d’entrée en matière à l’exposition "Magies Sorcelleries" du Muséum de Toulouse, coproduite avec le Musée des Confluences de Lyon. Sa programmation ayant été bousculée, comme tant d'autres, par la pandémie de Covid-19, elle n’est pour l’heure pas accessible au grand public mais son terme a été repoussé à fin octobre 2021 dans l’espoir que les musées rouvrent d'ici là.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte