Nous connaissons moins de 1% des virus de vertébrés existants, sur lesquels se basent les méthodes de prédiction des prochaines pandémies, pointent des chercheurs australiens. Ils proposent une solution alternative à ces techniques qu'ils jugent source de "prédictions biaisées et inexactes".

" ", alertent des chercheurs australiens.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte