Des coquilles d’œufs d’autruche retrouvées sur des sites de fouilles en Afrique du Sud permettent de dater la présence humaine. Le développement de cette technique pourrait nous en apprendre davantage sur la chronologie et les pratiques d’Homo sapiens dans la région il y a plus de 100.000 ans.

Les déchets de nos ancêtres recèlent de précieuses informations. En Afrique, des restes de coquilles d’œufs d’autruches indiquent la présence et l’activité d’ Homo sapiens dans des milieux côtiers. Cependant, la datation de ces débris demeurait imprécise. Une étude publiée dans la revue PNAS le 20 avril 2021 analyse des fragments de coquilles d’œufs d’autruche provenant du site de Ysterfontein 1, sur le littoral de la province du Cap-Occidental en Afrique du Sud. Les auteurs concluent que les coquilles d’œufs datent d’entre 113 et 120.000 ans. C’est la première fois que cette technique est mise en application afin d’obtenir des données nouvelles.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte