Ces types de cheveux ne sont pas toujours bien accueillis dans les salons généralistes français. Les raisons de cette marginalisation ne se réduisent pas à une discrimination.

«Oh merde des cheveux frisés. Quelle galère!» À Dijon, c'est l'accueil qui a été réservé à Sonia dans un salon de coiffure dit généraliste. La jeune femme de 30 ans, aux cheveux frisés-bouclés se remémore avec un ton revanchard son expérience passée dans ce salon dijonnais. Elle n'y mettra plus jamais les pieds! À peine passée le pas de la porte, elle dit sentir des regards «horrifiés et paniqués» de la part des quelques coiffeuses présentes sur place. Une situation qu'elle qualifie de Elle finit par quitter le salon.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte