Pas simplement parce qu'ils sont mignons.

« La seule chose qui me permet de survivre à ma trentaine est un chihuahua grincheux et agoraphobe du nom de Midge », écrit Amanda Mull , journaliste pour le magazine The Atlantic . Personnellement, je pousse le même petit cri aigu et stupide quand je croise un chien mignon et je ne compte plus le nombre de mes amis qui en ont adopté un depuis le début du Covid .

Pour Amanda Mull, Midge a été la parfaite partenaire de confinement . Elle lui redonnait la notion du temps, l'obligeait à se lever, à sortir. Aux Etats-Unis, les adoptions n’ont fait que grimper depuis le début du Covid-19, à tel point que certains refuges n’avaient tout simplement plus d’animaux à donner .

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte