Il faut regarder les prestations scéniques de la chanteuse pour comprendre la ferveur quasi religieuse qui anime ses fans.

La drag queen est en nage. Pas parce qu'il fait 33°C dehors et que la chaleur de la nuit est étouffante dans cette rue animée de Bangkok, mais parce que, à l'intérieur du bar, elle travaille . Elle chante en play-back, mais pas seulement: elle saute, claque des doigts, s'accroupit et secoue sa perruque blonde, sale, durant les douze premières minutes de l'album live de Beyoncé, Homecoming , dans une chorégraphie d'une précision impressionnante.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte