Oui, dans la mesure où elle se fonde sur la différence sexuelle. Non, au sens où elle n'établit pas une hiérarchie entre le masculin et le féminin.

Est-ce la question à 1.000 euros? Pas du tout. Nul besoin de ménager le suspense. La réponse est oui. Je sais que certains se démènent pour le prouver via de longues tirades, souvent en fin de dîner, un poil trop ivres et énervés. Pourtant, il n'est pas nécessaire de se donner tant de peine.

La théorie psychanalytique se grille toute seule. La plupart des psys qui structurent ce milieu ne s'en cachent pas. Qu'y a-t-il dans ces hypothèses qui relève de sexisme et sous quelle forme ce dernier s'affiche-t-il?

Précision: mon emploi du mot «sexiste» désigne le fait de discriminer –c'est-à-dire de séparer un sexe par rapport à un autre. Et non de hiérarchiser ces différences en fonction d'une supériorité supposée de l'un par rapport à l'autre.

Pour continuer à lire, inscrivez-vous !

14 jours d'essai gratuit

Lecture sans publicité, accès illimité à des milliers d’articles premium, flux personnalisé, revue de presse du jour.

J'ai déjà un compte